L’ail, un aliment naturel riche en antioxydants


 L’ail est connu depuis l’antiquité pour ses vertus médicales. Mais qu’est-ce qui lui confère son pouvoir antioxydant ?

Tout le monde vous parle des antioxydants et de leur rôle dans la lutte contre le vieillissement. Mais, savez-vous que ces substances sont présentes abondamment dans les aliments que vous mangez chaque jour, comme l’ail ! Eh oui, l’ail est un aliment riche en antioxydants qui protègent contre les radicaux libres.  Ce sont les éléments responsables de la destruction de l’ADN et des membranes de vos cellules .Les radicaux libres sont aussi impliqués dans le processus de vieillissement et sont derrière de nombreuses maladies, comme le cancer ou bien les maladies cardiovasculaires.

Qu’est-ce que le stress oxydatif ?

Les cellules de notre corps consomment de l’oxygène pour produire de l’énergie. Comme toute autre activité biologique, des sous-produits sont libérés par nos cellules sous forme de radicaux libres riches en oxygène. Le problème est que ces radicaux, appelés aussi « espèces réactives de l’oxygène » ou ERO, cherchent à s’approprier les électrons des molécules voisines à cause de leur instabilité. Ce phénomène se propage d’une molécule à l’autre de l’organisme et induit des dégâts irréversibles aux structures biologiques.

Heureusement, les radicaux libres sont rapidement neutralisés par les antioxydants présents naturellement dans les cellules. Toutefois, lorsque l’activité biologique devient importante, les antioxydants endogènes se trouvent saturés et incapables d’arrêter les dommages engendrés par cet excès de radicaux libres. C’est en particulier le cas lorsque vous êtes un fumeur invétéré, ou que  vous mangez trop d’aliments sucrés. La drogue, l’exposition prolongée aux rayons ultraviolets et les inflammations chroniques persistantes participent aussi à cette perturbation du fonctionnement normal de votre corps.

Dans ce cas, vous devez tout d’abord éliminer la cause derrière ce stress oxydatif. En plus, votre corps a besoin de renouveler ses réserves en antioxydants pour pouvoir lutter contre les radicaux libres en consommant par exemple des aliments riches en antioxydants.

Un antioxydant, c’est quoi exactement ?

Les antioxydants sont des molécules qui diminuent ou empêchent les réactions d’oxydation d’autres substances. Ce sont des agents protecteurs responsables de garder l’équilibre de votre corps. Leur rôle est de neutraliser les radicaux libres et de réduire ou de prévenir contre les dégâts qu’ils génèrent à long terme.

Les antioxydants peuvent être de nature enzymatique comme :

  • la superoxyde dismutase
  • la catalase
  • la glutathion péroxydase

ou bien non enzymatique :

  • le tocophérol (vitamine E)
  • l’acide ascorbique (vitamine C)
  • la vitamine A

Ces derniers sont fournis à notre corps par l’alimentation : les fruits et légumes, le thé, les huiles… et l’ail. Ce condiment universel ne sert pas uniquement à préparer des plats délicieux, mais il participe également à promouvoir votre santé par, entre autres, son apport généreux en antioxydants.

L’ail comme vous ne l’avez jamais connu !

ail

Depuis la nuit des temps, des facteurs diététiques ont été derrière le développement ou le traitement de plusieurs maladies. Les gens de différentes civilisations croyaient aux pouvoirs de l’aliment à promouvoir la santé. L’ail (Allium sativum)  n’en fait pas exception. Cette plante est réputée dans différentes traditions comme la plante médicinale d’excellence, non seulement pour ses pouvoirs prophylactiques, mais aussi thérapeutiques.

L’ail est une plante bulbeuse. Il appartient à la famille des liliacées, la même famille botanique que l’oignon, l’échalote, la ciboulette, la tulipe et le lys. Il est facile à cultiver même dans les climats rudes et il en existe plusieurs variétés comme l’ail blanc, rose ou encore violet.

Les vertus de l’ail viennent essentiellement des substances bioactives présentes dans les bulbes, l’allicine en est le plus important. Il est toutefois présent sous forme inactive ou précurseur appelé alliine. C’est en fait le broyage du bulbe qui permet la transformation d’alliine en allicine. Le broyage met ce précurseur en contact avec une enzyme, l’allinase, qui le transforme en composant bioactif présent essentiellement dans les extraits aqueux ou les homogénats de bulbes frais.

L’extrait d’ail vieilli est une autre préparation à base d’ail bien connue pour ses vertus médicinales. Pour en produire, il suffit de conserver des tranches d’ail séchées dans de l’éthanol à 15-20% pendant un an et demi. Ce procédé mène à la modification de la composition de l’ail et engendre la perte d’une quantité considérable d’allicine. En contrepartie, du sélénium et de nouveaux composants bioactifs hydrosolubles plus stables et possédant une activité antioxydante beaucoup plus puissante apparaissent.

Les organosulfurés, des antioxydants puissants

L’activité antioxydante de l’ail est due principalement à ses composés organosulfurés. Ces composés sont instables et doivent être proprement conservés pour pouvoir bénéficier de leur puissante activité antioxydante. Chacune des substances antioxydantes de l’ail possède une affinité pour un groupe spécifique de radicaux libres. Le disulfide d’allyle, par exemple, protège contre la peroxydation lipidique microsomale, tandis que   l’alliine et l’allyle cystéine sont des piégeurs de radicaux hydroxyles. L’allicine, quant à lui, est un piégeur de radicaux supéroxydes.

L’ail est aussi une plante sélénifère, qui accumule le sélénium du sol contre le gradient de concentration. Le sélénium possède plusieurs propriétés antioxydantes et anticancéreuses.

Les effets protecteurs de l’ail viennent de la capacité de ses composants de prévenir ou de réduire le stress oxydatif. Plusieurs mécanismes sont impliqués dans ces activités, comme l’induction des enzymes antioxydantes, l’activation des facteurs clés de la réponse antioxydative (facteur Nrf2) et l’inhibition des enzymes prooxydantes. C’est-à-dire que l’ail agit à la fois en diminuant l’activité oxydante et en augmentant l’activité antioxydante de l’organisme.

Pour améliorer votre métabolisme plasmatique lipidique et stimuler votre activité plasmatique antioxydante, vous pouvez consommer de l’ail sous n’importe quelle forme: ail frais, cuit, vieilli… Une gousse par jour est souvent suffisante. Toutefois, les capsules d’extrait d’ail normalisé garantissent un effet durable et plus stable. Cela réduit significativement le stress oxydatif qu’endure votre corps.

Une cuisson prolongée peut détruire les composants bioactifs de l’ail. Il vaut mieux alors le manger cru ou bien cuit à petit feu. L’ail peut garder la même bioactivité même si bouilli pendant 20 minutes. En plus, le cuivre et le sélénium ne sont pas altérés par la cuisson. Vous pouvez alors savourer vos plats préférés tout en bénéficiant des vertus de cette plante miracle. Cependant, il ne faut pas en manger trop. A faible dose, l’ail vous aide à renforcer votre statut antioxydant endogène. Cependant, si vous en consommez beaucoup, des effets inverses peuvent apparaitre, et même induire des dégâts au niveau du foie et des reins.

Ce qu’il faut donc retenir

L’ail est un aliment naturel très riche en antioxydants. L’activité biologique de ses composants vous aide à protéger le corps contre les dégâts engendrés par les radicaux libres. Il faut toutefois le consommer avec modération. Une bonne hygiène de vie est le garant essentiel de votre équilibre corporel interne.

Références :

Garlic-induced alteration in rat liver and kidney morphology and associated changes in endogenous antioxidant status.

 Garlic: a review of potential therapeutic effects. 

Antioxidant Action and Therapeutic Efficacy of Allium sativum L.

The Antioxidant Properties of Garlic Compounds: Allyl Cysteine, Alliin, Allicin, and Allyl Disulfide.

Raw and boiled garlic enhances plasma antioxidant activity and improves plasma lipid metabolism in cholesterol-fed rats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!